Maison-atelier des sculpteurs Martel

10 rue Mallet-Stevens Paris
Site internet
Ranelagh

Robert Mallet-Stevens réalisera à partir de 1926 cette cité moderne idéale dans le quartier d'Auteuil, formée d'hôtels urbains dont son agence, une maison atelier pour un sculpteur et une maison de gardien. Les constructions se présentent comme des assemblages de volumes simples, surtout cubiques, articulés autour de cylindres.

Les bâtiments de la rue se caractérisent par :
- des jeux de cubes parfaitement blancs et lisses pour "unifier l'aspect de la façade, car les volumes comptent plus que les détails constructifs",
- des décrochés, gradins, tours, jeux d'ouverture, auvents car "l'architecte sculpte un énorme bloc, la maison". Les jeux de volumes, qui respectent les préceptes des CIAM (lumière, fonctionnalité, ventilation, santé...), sont animés de gradins et de décrochements, de volumes en cubes et en cylindres. Les jeux de vide/bâti et de retraits/gabarits, qui améliorent l'illumination de la rue et des bâtiments, créent également des terrasses. Les décors, concentrés dans les vitraux et le mobilier, animent les volumes.

L'architecture moderne peut faire autre chose qu'un bloc compact ; il peut jouer avec une succession de cubes monolithes. La décoration rapportée n'a plus de raison d'être. Ce ne sont plus quelques moulures gravées dans une façade qui accrocheront la lumière, c'est la façade entière. L'architecte sculpte un bloc énorme : la maison. Les saillies, les décrochements rectilignes formeront de grands plans d'ombres et de lumière... Surfaces unies, arêtes vives, courbes nettes, matières polies, angles droits, clarté, ordre. C'est la maison logique et géométrique de demain.
  
- Mentions légales - Presse - Nous contacter - Qui sommes-nous ? - Newsletter - © 2011 pariswebtvquartier.fr - Développé par Julien Coutard