Barrière d'Enfer

Place Denfert-Rochereau
Paris
Site internet
Denfert Rochereau
L'appellation de cette barrière venait de la rue d'Enfer, qui débouchait là après avoir traversé le faubourg Saint-Jacques. Quelques historiens pensent que s'est appelée rue d'Enfer parce qu'elle a été « un lieu de débauches et de voleries ». D'autres croient que le nom est une modification de via inferior (ou voie inférieure), la rue Saint-Jacques par contre étant nommée via superior (ou voie supérieure). Selon Michel Roblin, il faut voir en ce nom, plutôt qu’une corruption de via Inferior, un dérivé du surnom donné à une porte de l’enceinte de Philippe Auguste, la porte « en Fer ».
Elle comporte deux pavillons néo-classiques construits par l'architecte Claude Nicolas Ledoux en 1787, qui existent toujours. Ces bâtiments sont ornés de frises sculptées par Jean Guillaume Moitte4 représentant des danseuses.

Les principales voies partant de la barrière d'Enfer étaient le boulevard d'Enfer (une partie de l'actuel boulevard Raspail), la rue d'Enfer (avenue Denfert-Rochereau et boulevard Saint-Michel) et le boulevard Saint-Jacques.

Le troisième tableau de l'opéra La Bohème composé par Giacomo Puccini entre 1892 et 1895 met en scène Mimi quittant Paris par la barrière d'Enfer pour se rendre dans une taverne située non loin de là.
  
- Mentions légales - Presse - Nous contacter - Qui sommes-nous ? - Newsletter - © 2011 pariswebtvquartier.fr - Développé par Julien Coutard