Montmartre est une ancienne commune française du département de la Seine. Elle est annexée en 1860 par Paris. Son territoire depuis, constitue pour l'essentiel le 18e arrondissement de la capitale, une fraction ayant été attribuée à la commune de Saint-Ouen.

La colline sur laquelle est bâtie Montmartre est le point culminant de Paris (130 mètres) ; on accède à son sommet par funiculaire ou en empruntant un escalier de 222 marches. Cependant, la rue la plus haute de Paris est la rue du Télégraphe dans le 20e arrondissement. La butte Montmartre est située dans le nord de la capitale. C'est l'un des endroits les plus visités par les touristes.

Montmartre fut longtemps un village hors de Paris. Son nom a sans doute pour origine Mons Martis (le mont de Mars), car la butte était l'emplacement d'un temple dédié à Mars, dieu de la guerre, sous la période romaine. Un second temple, dédié à Mercure, s'y trouvait également. On a depuis évoqué une seconde possible origine étymologique : le mont du martyre (martyr venant du grec martus), car elle fut, selon la légende, un lieu de passage important de saint Denis, premier évêque de Paris, qui aurait survécu à son exécution. Une des rues historiques menant à Montmartre s'appelle rue des Martyrs.

À la formation des communes et des départements en 1790, Montmartre devint une commune de la Seine.

En 1840-1845, la construction de l'enceinte de Thiers partagea le territoire de la commune en deux.

Au 1er janvier 1860, lors de l'extension de Paris du mur des Fermiers généraux à l'enceinte de Thiers, le territoire de la commune fut réparti comme suit :

la plus grande partie, située à l'intérieur de l'enceinte de Thiers, fut rattachée à Paris, et y constitua un quartier du 18e arrondissement, appelé Montmartre ;
la petite partie située hors des fortifications fut rattachée à la commune de Saint-Ouen.
Montmartre a été l'un des lieux importants de la Commune de Paris en 1871.

Aux XIXe et XXe siècle siècles, Montmartre a été un lieu phare de la peinture, accueillant des artistes comme Pissarro, Toulouse-Lautrec, Steinlen, Van Gogh, Modigliani, Picasso... Plus tard, la butte a été supplantée comme quartier de prédilection des peintres par Montparnasse.

Historiquement, Montmartre comprend une partie du 18e arrondissement (ouest), le nord du 9e et une partie des Batignolles, couvrant ce qui fut le territoire de l'abbaye des Dames de Montmartre durant sept siècles.

Église Saint-Pierre de Montmartre
La colline de Montmartre est célèbre pour abriter :

la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre ;
l'église Saint-Pierre de Montmartre ;
l'église Saint-Jean de Montmartre.
et trois communautés religieuses :

Des religieuses de Notre-Dame du Cénacle. C'est une congrégation internationale (13 pays), présente sur la Butte Montmartre depuis 1890. Cette congrégation est née en 1826 en Ardèche sur le lieu de pèlerinage dédié à saint Jean-François Régis, jésuite. Par l'éveil et à l'approfondissement de la foi chrétienne, elle contribue à la transformation du monde. Ceci se concrétise dans l'animation de retraites et l'accompagnement spirituel personnalisé, la catéchèse, la formation dans des centres spirituels, dans des mouvements et structures de l'Église catholique. Dans l'Église, avec leurs amis, leurs collaborateurs, les religieuses cherchent à aider toute personne à découvrir quelle est sa vocation dans la société et dans l'Église.
La congrégation puise sa spiritualité dans trois sources :
un passage des Actes des Apôtres (Actes 1) qui indique que sur ordre de Jésus Ressuscité, les disciples avec Marie et quelques femmes se retirent dans le lieu où ils avaient l'habitude de se réunir (Cénacle) pour y attendre le don de l'Esprit Saint qui les rendra capables d'aller dans le monde entier annoncer, par toute leur vie, que Dieu est Amour ;
le grand courant de saint Ignace de Loyola ;
la personnalité de ses fondateurs en particulier Sainte Thérèse Couderc dont on peut retenir deux grandes orientations : il n'y a pas de plus grand bonheur que de « se livrer sans réserve à la conduite de l'Esprit Saint » et « Dieu est Bonté ».
Des Carmélites. Elles partagent leurs journées entre les offices, la méditation et les travaux manuels ; ce sont des contemplatives cloîtrées.
Les Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre. Ce sont aussi des contemplatives, vouées à la prière et à « l’adoration perpétuelle » dans la basilique. Leur maison est cependant plus ouverte que celle des Carmélites : elles y accueillent des groupes d'enfants, de jeunes ou d'adultes pour des retraites ou des réunions de prière.






source : Wikipédia
- Mentions légales - Presse - Nous contacter - Qui sommes-nous ? - Newsletter - © 2011 pariswebtvquartier.fr - Développé par Julien Coutard